Partagez | 
 

 La Foi du Dalion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dalion Runardente

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 15/08/2015

MessageSujet: La Foi du Dalion   Sam 16 Jan 2016 - 15:24

Je n'ai jamais été de ceux qui réclamait le sang pour le sang, ou qui levait mon épée dans l'unique optique de tuer. Je ne me réclame qu'une seule chose : la Justice.
Justice pour mon pére tué par le Fléau, justice pour mes frères et sœurs assassinés par les Réprouvés, justice pour ceux qui ont tout perdu, jusqu'à la Foi. Et cette Justice passe par le sang.

Je me nomme Dalion Runardente, fils de Tanys, et dernier représentant de la lignée des Runardentes de Stromgarde.
Mon nom seul mérite sa propre histoire, cependant je vais résumer. Un de mes lointains ancêtres a découvert une rune de feu assez singulière, et il a décidé d'en prendre le titre. Depuis, elle est transmise de père en fils. Enfin, passons. Ce n'est pas l’intérêt principal de cette histoire.

Ma mère est morte en me mettant au monde. Mon père, fou de chagrin, quitta Stromgarde et parti s'installer en Lordaeron. J'ai grandi dans une petite ferme à la lisière de Brill. Mon père m'apprit l'art de l'épée et du forgeage de rune lorsque j’eus 12 ans.

Le Fléau dévasta nos terres durant ma quatorzième année. Tandis que je fuyais avec mon père, nous fûmes attaqué par des monstres morts-vivants. Je fuyais alors que le paternel tentait de les ralentir. Il est mort pour me protéger.

La Croisade Écarlate me retrouva quelques temps après, errant et déambulant. Ils ont bien failli me faire la peau avant de se rendre compte que j'étais encore vivant, d'ailleurs.

J'ai naturellement rejoint leur cause et embrassé leurs convictions. Entraîné au Monastère, et accomplissant toutes sortes de mission dont l'unique objectif était de massacrer les infâmes Réprouvés afin de purger le Mal qui s'était installé en Lordaeron. Étant très souvent à l’extérieur, j'ignorais tout du Mal qui rongeait le cœur même de la Croisade, mais c'est une toute autre histoire.

A ce sujet, on me demandait souvent pourquoi j'étais si souvent en mission. Tout simplement car la moitié des troupes de la Croisade Écarlate était folle à lier, prête à brûler quiconque ne portait pas le tabard écarlate. Et, maintenant je peux le dire, certains de mes frères et sœurs me mettaient bien mal à l'aise.

Ayant entendu parler de la formation de l'Assaut Écarlate quelques temps avant le grande départ, c'est naturellement que je les ai rejoint. La source du Mal se trouvait en Norfendre, et il était grand temps d'exterminer le Fléau une bonne fois pour toute.

Les conditions de vie dans la Désolation des dragons étaient très difficile, mais nous étions armé de notre Foi en la Lumiére et en notre devoir pour Lordaeron. La Nouvelle-Âtreval sortit très vite de terre et nous étions paré à répandre la Justice sur les terres glacées du nord. C'était bien entendu avant que le Grand général Abbendis ne meurt.

J'appris la nouvelle de la chute de la ville alors que j'étais en poste dans la caverne de Deuillegivre. Je savais que notre port au nord de la Couronne de glace suivrait, ce n'était qu'une question de temps. J'ai rejoint la Croisade d'Argent pour l'assaut de la Citadelle du Roi-Liche, bien que ces cloportes ne m'accordaient aucune confiance. Je leur rendais bien, d'ailleurs. Un ordre neutre, comprenant la HORDE, une insulte à tout les combattants qui ont donné leur sang durant la Premiére et Deuxiéme guerre. Le pire était notamment qu'il comprenait des Réprouvés. La Croisade d'Argent et bien le pire ordre lié à la Lumiére que je n'ai jamais vu.

Après le Cataclysme, les places fortes de la Croisade Écarlate tombèrent les unes après les autres, seul le Monastère résistait. J'étais donc de retour dans les clairières de Tirisfal, de retour chez moi.

Les mois passèrent, les missions d'extermination de Réprouvés aussi, jusqu'au jour où je revins de mission avec quatre de mes compagnons pour ne retrouver que des cadavres dans notre demeure et des flammes s'élevant des bastions.

C'était donc terminé. De la Croisade Écarlate, il ne restait que nous cinq. Nous avons décidé de ne pas abandonner, et de rester en Lordaeron, sur NOS terres, tant qu'il y aurait encore une de ces saloperies de Réprouvé qui marcheraient encore.

Je me dois de présenter ceux avec qui j'ai survécu et résisté durant deux ans. Ils ont été mes amis, ma famille, et je n'ai jamais connu de personnes aussi fortes qu'eux. Notre groupe se composait de :

- Valérien Esilmer, le Protecteur. Armé d'un marteau et d'un écu à l’emblème écarlate. Cet homme était le guerrier le plus croyant et le plus pieu qu'il m'ait été donné de connaître. J'ai d'ailleurs hérité de son bouclier, sur lequel il avait gravé « La Lumière est mon Rempart »

- Wilmore Feuralion, l'archer pyromancien. Mage et archer, il tirait de véritable flèche de feu qui brûlait n'importe quoi. Il était mon plus vieil ami, mon frère.

- Alselme de Brill, le combattant de l'ombre. Il n'était pas très croyant, et souvent il avait la visite de l'Inquisitrice, mais c'était un combattant rusé, agile et silencieux. Durant nos missions, il était toujours l'éclaireur, et souvent il revenait, les dagues couvertes d'un sang noir, en nous disant « Il n'y a plus rien là bas, on peut continuer »

- Lauréline Ralm, la jeune prêtresse. Elle avait rejoint le Monastère après le Cataclysme. Sa force et sa joie de vivre irradiait nos journées. C'était notre rayon de lumière qui illuminait notre chemin dans les Ténèbres.

- Moi, Dalion Runardente, ayant pour seule arme ma lame enflammée que m'avait confié mon pére quinze ans auparavant, et ma Foi irrésolue en la Sainte-Lumiére.

Après deux ans à survivre dans la forêt, il y eut, comme d'habitude dans ce genre d'histoire, la mission de trop. Ce qui aurait dû être une simple escarmouche au nord de la Barricade se transforma en un bain de sang après qu'une troupe de Nécrotraqueurs nous prit à revers. J'ai survécu, par je ne sais quelle blague cruelle de la part de la Lumiére.

J'ai brûlé les cadavres de mes frères et de ma sœur, et me retrouva seul devant ce bûcher. Je ne sais pourquoi la Sainte-Lumiére a décidé de m'épargner, mais je ne pourrais rien faire tout seul. C'est là que j'ai décidé de rejoindre le sud, pour trouver des alliés.

Je n'aime guère l'Alliance, mais si j'en suis obligé, je m'allierai avec quiconque me permettant d'apporter la Justice pour la Croisade Écarlate, et je brûlerai jusqu'au dernier de ces rampants morts-vivants arpentant nos terres.

Oeil pour œil, dent pour dent.

_________________
Les Flammes pour les hérétiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Foi du Dalion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L’Ordre de la Sainte Flamme :: Les Cahiers :: Les Journaux-
Sauter vers: